La Légion des Ombres

Guilde PVE - Les Clairvoyants - Horde
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Nëmésis, incarnation de la vengeance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jindow

avatar

Masculin Nombre de messages : 95
Age : 28
Localisation : limoges
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Nëmésis, incarnation de la vengeance   Dim 5 Avr - 12:23


Chapitre 1





La cathédrale de la Lumière brûlait...
Partout où Ysilda posait ses yeux, ce n'était que cendres et flammes. Elle essaya de pénétrer à l'intérieur du bâtiment, voir s'il y avait des personnes prisonnières des flammes mais au moment où elle s'apprêtait à entrer, une poutre calcinée se détacha du plafond et condamna le lieu saint. Elle entendit alors les cris des écclésiastiques et des paladins bloqués à l'intérieur. Elle ne pouvait malheureusement rien faire pour eux.
Elle décida donc d'aller voir le responsable de cette atrocité, le Prince Arthas pour le sommer de mettre fin à cette folie. Il s'était introduit dans la ville en début d'après-midi et avait annoncé partout dans Stratholme qu'il voulait "purifier" la ville de l'infection du Fléau. Ysilda n'avait rien compris au premier abord, mais cela était devenu plus qu'évident par la suite. Arthas souhaitait juste raser la ville...
Elle croisa le chemin d'une escouade de gardes de la cité qui allait en direction du Bastion de la lumière. Elle voulut les arrêter et leur dire qu'il n'y avait plus aucun espoir là-bas mais de toute évidence, ils ne l'écouteraient pas. Elle n'était pas gradée et ces personnes, dans l'urgence de l'action, ne feraient pas attention à elle.
Elle traversa l'allée du Marché et vit les mêmes scènes d'horreur et de destruction: une masse grouillante de personnes tentait de fuir la cité, des bâtiments en flamme, des cadavres d'hommes de femmes et d'enfants sur les côtés et près des maisons. Tout n'était que panique dans cette atmosphère de mort. L'odeur entêtante des incendies et la fragrance métallique du sang emplissait l'air. Respirer par la bouche ne changeait rien, car les relents étaient si puissants qu'ils piquaient la gorge et rendaient la voix rauque. Elle continua son chemin à travers la ville et commença à rencontrer des soldats du Prince qu'elle tua sans difficulté. Puis de plus en plus de soldats apparurent au fur et à mesure qu'elle approchait du Prince. Les soldats hésitaient désormais à l'attaquer, pleins de respect et de crainte pour un membre de l'Ordre de la Main d'Argent.
Elle arriva enfin au coeur de l'armée d'Arthas, et cria :
"Arthas, cesse cette folie!
Comme elle s'y attendait, elle vit le prince écarter ses soldats et se diriger vers elle, sur son palefroi à la robe marron, un splendide animal de vingt mains de haut.
"Qui es-tu, pauvre inconsciente, pour oser venir contrarier la purification de cette ville?
-Je suis Ysilda, chevalier de l'Ordre de la Main d'Argent, dit-elle en montrant son tabard immaculé de sang et sur lequel une main était à peine visible. Je te somme de repartir et de cesser cette abomination!
-Cette ville n'est plus, c'est désormais un repaire du Fléau, répliqua-t-il en montrant les corps des goules qui traînaient de-ci de-là. Je suis venu ici pour accomplir ma besogne et personne ne m'en empêchera! Mal'Ganis est ici, je sens sa présence putride et haïe par tout homme, il est de mon devoir de le tuer, dussé-je mettre cette ville à feu et à sang!
-Alors je m'oppose à toi, et te défie. Si je gagne, tu fuis la ville et n'y reviens jamais, et si tu gagnes, tu pourras continuer ta sale besogne. La seule chose que je te demande, c'est de m'achever si tu gagnes.
-Cela me convient, pauvre folle."
Il dégaina alors son épée et se mit en garde. Ysilda n'était sûre de rien mais elle n'avait rien trouvé de mieux pour arrêter Arthas. Elle se mit alors elle aussi en garde et chargea le prince. Le jeune homme ne s'attendait pas à ce qu'elle charge aussi inconsciemment et fût obligé de reculer. Il dévia la lame de la jeune fille et ils commencèrent à se lancer dans une série d'attaques furieuses, la puissance du prince compensée par l'agilité d'Ysilda. Aucun d'eux ne dominait vraiment le combat, ils étaient à égalité, ce serait alors un combat d'endurance. Après lui avoir semblé être des heures, Ysilda commençait à fatiguer mais elle voyait que l'unique fils de Terenas Menethil montrait lui aussi des signes de fatigue. Elle lança alors ses dernières forces dans la bataile, en éxécutant une série de coups de taille, profitant du double-tranchant de sa claymore et essaya d'empaler le prince après avoir fait une feinte de coup en taille. Arthas n'évita ces mouvements qu'en reculant et en sautant de côté. Les soldats autour d'eux criaient pour encourager leur général. Une dague fît vibrer l'air devant Ysilda et l'obligea à annuler sa prochaine attaque, ce qui laissa une ouverture au prince qui en profita pour contre-attaquer. La jeune femme sentit alors une douleur insupportable venir de son ventre. Elle baissa les yeux et vit la lame d'Arthas commençer à répandre son sang par terre. Elle s'effondra dans un hoquet de surprise. Ysilda vit alors le prince entrer dans une rage effroyable et cria:
"Qui a lancé ça? Qui a osé intervenir?!
-M...moi ô mon Prince, dit un homme hésitant en s'approchant d'Arthas.
-Pourquoi as-tu cru bon de faire ça?
-Vous...vous sembliez en difficulté monseigneur, répondit-il d'une voix tremblante. Le visage du jeune homme -il ne semblait pas avoir plus de 20ans- était blême et des gouttes de transpiration perlaient à ses pommettes.
Dans un cri de rage, Arthas saisit son épée et trancha la tête du soldat.
-Que personne ne s'avise jamais de refaire une telle stupidité!" Tous les hommes observant la scène hochèrent la tête. Le prince se dirigea alors vers Ysilda et vit qu'elle n'était pas morte.
"Alors pauvre folle, as-tu compris que c'était la volonté divine qui dirige mes actes?
-Dieu t'a abandonné dès que tu as franchi les portes de la vengeance. rétorqua la jeune femme avec difficulté. Tu n'es plus au service de Dieu ou de ton peuple mais au service de ces être que tu abhorres tant. Tu es devenu un agent du Fléau. Au fur et à mesure qu'elle parlait, le visage d'Arthas devenait de plus en plus écarlate, il saisit son épée et retint son geste au dernier moment. C'est ce qu'on avait défini, je perds, tu me tues. Je ne veux plus voir la lumière du jour après avoir vu de telles atrocités."
D'un geste sec, Arthas enfonça son épée dans le coeur d'Ysilda.
Juste avant de sombrer, elle crût voir une ombre derrière le prince, une ombre malveillante qui lui dit:
"Ceci n'est que le commencement, j'ai d'autres plans pour toi Nëmésis."
Puis tout devint noir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jindow

avatar

Masculin Nombre de messages : 95
Age : 28
Localisation : limoges
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Re: Nëmésis, incarnation de la vengeance   Dim 5 Avr - 12:23


Chapitre 2


Elle se réveilla dans un endroit sombre mais qui lui semblait vaguement familier. Elle était couchée sur de la pierre froide et dure. Elle essaya de se lever mais tous ses membres étaient ankylosés et dût attendre un peu pour qu'il retrouve leur vigueur. Elle ne se souvenait plus de rien, la seule chose qu'elle ait encore en tête était un beau jeune homme blond qui était penché au-dessus d'elle, ainsi qu'une espèce d'ombre, derrière l'épaule de l'homme. Elle ne se souvenait même pas qui elle était, le seul nom qu'elle ait en tête était Nëmésis. Elle se leva, et regarda autour d'elle. La jeune femme se trouvait dans une sorte de cellule dans laquelle il n'y avait aucune fenêtre et dont la porte était en bois massif avec une simple ouverture pour faire passer la nourriture.
Alors qu'elle inspectait la pièce où elle s'était réveillée, la porte s'ouvrit. Elle s'attendait à ce que quelqu'un pénètre dedans, mais personne ne vint. Elle sortit alors prudemment, regardant des deux côtés. Elle décida de partir vers le côté le plus éclairé et arriva dans une énorme pièce dans laquelle plusieurs personnes s'affairaient. Alors qu'elle avançait au milieu de la pièce, une voix lui parla dans son esprit:
"Te voilà enfin réveillée Nëmésis. Va parler à l'homme qui est en face de toi, il va t'apprendre.
-Qui êtes-vous?
demanda la jeune femme. Seul le silence lui répondit.
Elle s'approcha donc de la personne qui lui avait été désigné. Elle n'osa pas parler et attendit quelques instants. Alors l'individu posa les yeux sur elle et dit d'une voix glaciale:
-Encore une recrue pour le Roi-Liche. Espérons qu'elle ne nous décevra pas. Bien ton entraînement commence maintenant...
-Qui êtes-vous? Qui suis-je? Que fais-je ici? l'interrompit la jeune femme.
-Je ne vous ai jamais dit de me couper la parole! cria l'homme d'une voix qui aurait glacé le sang de n'importe qui, mais Nëmésis n'eût même pas un frisson. Bizarre se dit-elle dans son esprit. Vous êtes ici car vous êtes une nouvelle recrue du Roi-Liche, vous êtes Nëmésis. Quant à moi, on m'appelle l'Instructeur Razuvious, ajouta-t-il d'une voix impatiente. Prenez une épée, nous commencerons l'entraînement dès que vous l'aurez récupérée."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jindow

avatar

Masculin Nombre de messages : 95
Age : 28
Localisation : limoges
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Re: Nëmésis, incarnation de la vengeance   Dim 5 Avr - 12:24

Chapitre 3


Après quelques jours d'entraînement, Nëmésis était devenu l'une des meilleures de son ordre, les Chevaliers de la Mort. Elle ne savait toujours rien de son passé, seuls quelques bribes fugitives parvenaient de temps en temps à son esprit. Lors de ces moments, elle voyait surtout des flammes engloutir une cité dont elle ne connaissait pas le nom. Elle essaya d'en parler aux personnes autour d'elle, des chevaliers comme la jeune femme, mais personne ne lui répondait. En fait, personne ne parlait. Tout le monde était dans l'attente. En effet, tous les jours, les Instructeurs choisissaient le plus faible d'entre eux et le mettaient à mort. Quelquefois, ils demandaient aux recrues de les tuer. Voilà pourquoi personne ne parlait. Cela aurait amené des sentiments, et on ne sait jamais qui on doit tuer dans l'arène...
De plus en plus souvent une voix lui parlait dans son esprit, lui disant ce qu'il fallait faire, comment réussir au mieux les différentes quêtes que ses Maîtres lui envoyaient accomplir. Elle avait essayé de questionner la voix sur son passé, mais elle ne lui disait rien, et disparaissait de son esprit dès qu'elle abordait ce sujet. Ses principales missions consistaient à tuer des hommes de la Confrérie Ecarlate, comme les appelaient les Maîtres. Elle n'éprouvait rien en tuant ces personnes, d'ailleurs elle n'éprouvait plus rien du tout. Une fois, une blessure l'avait ouverte à l'avant-bras, elle s'était attendue à ce qu'elle saigne beaucoup, mais rien n'en était sorti. Cela laissait Nëmésis très perplexe.
Elle fût envoyé se mettre sous les ordres du Chevalier-commandant Poing-du-Fléau, qui lui avait-on dit, se trouvait au sud de l'endroit où elle s'était réveillé, et où se passait ses entraînements, Achérus, le Fort d'Ebène. Nëmésis arriva devant son nouveau commandant qui lui donna l'ordre de tuer une personne du nom d'Ellen Perrepont. Elle s'avança donc vers le bâtiment, y pénétra et vit des gens accroupis, attendant de subir le destin qui était le leur. Elle demanda alors à voix haute:
"Qui est Ellen Perrepont?
Pour toute réponse, elle vit une humaine sursauter à l'entente de ce nom et lever subrepticement les yeux vers elle. Puis ils s'écarquillèrent.
-Ysilda? Est-ce bien toi Ysilda?
-A qui parles-tu, pauvre folle? dit Nëmésis d'un ton haineux.
-Oh mon Dieu, qu'ont-ils fait de toi?! Ysilda, tu ne me reconnais pas? Nous étions tous les deux amies, nous vivions à Stratholme avant que le Fléau ne la détruise! dit Ellen d'une voix pleine de sanglots. Je te croyais morte...Je suis si heureuse de savoir que tu es en vie.
Au fur et à mesure que la jeune femme lui parlait, des verrous dans l'esprit de Nëmésis se débloquaient et elle comprit soudain tout ce qui s'était passé. Tout lui revint en mémoire, sa vie à Stratholme, son engagement auprès de l'Ordre de la Main d'Argent, l'arrivée d'Arthas et les atrocités que sa venue avait engendré. Elle écarquilla les yeux, et revit l'ombre, ainsi que sa mort. Elle revit son âme glisser lentement hors de son corps, vers le Paradis et le repos éternel, mais une chose l'avait attrapé et retenue en ce bas monde. C'était l'ombre, et la voix qui était omniprésente dans sa tête. Elles ne faisaient qu'un.
-Ysilda? ça va? s'enquit Ellen.
-Je...je me souviens de tout maintenant. Ellen que t'es t-il arrivée? Que fais-tu là? Je te croyais partie de la ville depuis longtemps!
-Je n'ai pas réussi à m'échapper. Cela fait maintenant deux ans que je suis retenue prisonnière.
Les deux femmes entendirent alors la voix du Chevalier-commandant:
-Nëmésis que faites-vous?
-Nous n'avons plus le temps Ysilda, tu as été envoyée pour me tuer et tu vas le faire. Au moins je sais que tu es saine et sauve, je peux partir en paix.
-Non je ne te tuerai pas...nous pouvons nous échapper! commenca Nëmésis.
-Non et tu le sais aussi bien que moi. Si tu ne me tues pas, ils nous tueront toutes les deux. Je veux qu'au moins mon souvenir reste vivace dans ton esprit, mon amie."
Les larmes coulaient sur le visage de la jeune femme tandis qu'elle saisissait son épée et l'enfonça dans le coeur de son amie d'enfance. Le visage d'Ellen semblait figé dans un ultime sourire à Ysilda.
Elle jura alors de trouver le moyen de se venger de cette duperie, et lorsque ce sera fait, la tête du Roi-liche ornerait les ruines de la ville de Stratholme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jindow

avatar

Masculin Nombre de messages : 95
Age : 28
Localisation : limoges
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Re: Nëmésis, incarnation de la vengeance   Dim 5 Avr - 12:24

Chapitre 4



Le souvenir d'Ellen était désormais profondément ancrée dans sa mémoire. Chaque chose qu'elle faisait n'était tournée que dans un seul but, la vengeance. Elle voulait la tête du Roi-liche, et elle n'aurait de cesse de le rechercher, même si elle devait en mourir. Elle continuait ses entraînements et ses quêtes tout en cachant derrière son zèle, l'expression de sa colère. Elle était désormais la meilleure recrue des Chevaliers et fût envoyée sur le front, aider le Généralissime Darion Mograine à prendre d'assaut la Chapelle de l'Espoir de Lumière avec d'autres guerriers. Lorsqu'elle arriva sur place, elle vit l'armée du Fléau commencer doucement à se lever. Les goules sortaient péniblement du sol en éméttant des bruits pathétiques de succion, leurs bouches n'arrivant à dire que "Cerveauuuuux...". Parmi le bestiaire qui composait l'armée du Fléau, les plus haïssables étaient sans aucun doute les abominations, ces choses de trois mètres de haut et qui étaient crées de toutes pièces par les nécromanciens, montrant ainsi toute l'étendue de leurs pouvoirs dédiés au Mal. Elle se retourna lorsqu'elle entendit une sorte de gémissement d'oiseau et vit que ce n'était rien d'autre qu'une compagnie de geists qui descendait la colline. Ces créatures rampantes étaient détestables. Leur unique oeil au milieu du front ne cessait sans cesse de s'activer dans leur orbite, à la recherche d'une éventuelle proie. D'autres Chevaliers de la Mort rejoignirent Nëmésis et la saluèrent d'un signe de tête avant de tous tourner leur attention vers le Généralissime Darion Mograine. Lorsqu'il vit que toute son armée était rassemblée il dit:
"Chevaliers, il est temps de raser ce temple et de tuer tous les hommes qui ont osé défier notre roi! Aucune pitié pour nos ennemis! A la charge! s'exclama-t-il en lançant son destrier au galop."
L'armée du Fléau se mit alors en marche, le sol tremblant sous leurs pas.
Ils arrivèrent devant la Chapelle et virent l'armée de l'Aube d'Argent les attendre de pied ferme. Les deux armées se chargèrent, et le choc fût terrible. Le Fléau était supérieur en nombre, mais l'Aube d'Argent était un ordre composé exclusivement d'élites. De plus, il avaient plusieurs généraux tous aussi dévastateurs les uns que les autres. La bataille était devenue dantesque, les hommes luttant contre les abominations qui les harcelaient. Nëmésis essaya de participer le moins possible à cette attaque et à se mettre en sécurité, afin de pouvoir parler aux membres de l'Aube d'Argent après la bataille, afin de les convaincre qu'elle n'était plus sous l'emprise du Roi-liche, mais qu'elle était redevenue maîtresse de sa propre conscience. Un soldat de l'Aube surgit en face d'elle et essaya de la tuer d'un coup de taille de sa claymore, mais elle l'esquiva sans peine et l'assomma avec la garde de son épée. Elle faillit se faire écraser lorsqu'une abomination tomba sous les coups de ses adversaires. Elle ne dût sa survie qu'à ses reflèxes. Alors qu'elle avançait vers l'arbre, elle entendit un grand cri:"Noooooooooooooooooooooooooooooooon!" . Elle se retourna pour voir d'où venait ce cri et vit que c'était son général, Darion Mograine, qui se tenait la tête entre les mains, à genoux devant Tirion Fordring. Nëmésis se rapprocha des deux hommes, le combat ayant cessé au moment même où le général avait poussé son cri désespéré.
"Ainsi tu vois que la Lumière l'emportera toujours, Darion, dit Tirion d'une voix forte.
-Cesses ce supplice! Achèves-moi!
-Oh non, je te réserve beaucoup mieux. C'est alors que l'air se mit à tournoyer autour des deux généraux, de plus en plus fort jusqu'au point de faire voler les geists, ces frêles horreurs. Nëmésis jeta un coup d'oeil aux autres chevaliers qui eux aussi ne comprenaient rien à ce qui se passait. Alors Darion releva la tête et dit :"Père!" en regardant par dessus l'épaule de Tirion.
-Père ne m'en veuillez pas! Je n'ai fait que ce que j'ai cru bon!
C'est alors que la jeune femme et toutes les personnes présentes entendirent la voix du père de Darion:
-Tu t'es égaré mon fils, jamais je n'ai voulu une telle abominaton!
-Père...
Derrière la jeune femme enfla un vent glacial, et une voix d'outre-tombe dit alors:
-Alors Darion? Tu n'as pas encore pris la chapelle? Nëmésis se retourna et vit le Roi-liche, sorti de nulle part, Deuillegivre dans son fourreau.
-Arthas! Tu m'as trahi! Je vais te tuer, au nom de tous les crimes que j'ai commis jusqu'ici!! Il chargea alors son ancien maître, mais au moment où sa lame aurait du transpercer le Roi-liche, un éclair bleu jaillit et le général fit un bond en arrière et gisa inconscient sur le sol.
-Ainsi donc, nous voilà face à face Tirion. dit Arthas d'une voix amusée. La mort t'appelle.
-La mort n'est pas encore venue à moi Arthas Menethil, et ce n'est pas toi qui me la présentera.
-Ne m'appelles pas comme ça! cria le Roi-liche d'une voix sifflante. Prépares-toi à mourir!"
Il sortit lentement Deuillegivre de son fourreau et se mit en garde. Alors Nëmésis pût observer l'arme qui avait corrompue l'esprit d'Arthas Menethil et en avait fait la chose qu'il était devenu. Elle était d'un bleu de glace, dont on pouvait ressentir le froid d'ici. Rien que la vue de cette arme glaçait Nëmésis d'effroi. Elle entendit de petites voix dans sa tête, des voix qui lui chuchotaient des mots de puissance et de pouvoir. Elle se força à rester concentrée sur l'instant présent afin de ne pas sombrer face aux sirènes de l'attrait qui résonnaient dans sa tête. Cette arme était hautement maléfique, sur la garde, on pouvait voir le crâne d'un wyrm des glaces, qui épousait la forme de l'épée. Une aura bleutée en émanait et empoisonnait l'air autour du Roi-liche. il pointa son épée sur Tirion et lança une incantation qui fit frissoner l'échine de Nëmésis et de toutes les personnes présentes. Un éclair bleu jaillit de Deuillegivre et atteigna Tirion en plein coeur, qui s'effondra.
"Hahaha, c'était trop facile, dit Arthas.
Puis Tirion se releva, et entouré d'un halo de lumière pure, envoya un éclair blanc dans la direction du Roi-liche. Les énergies crépitaient autour d'Arthas qui se retrouva emprisonné dans un cercle de lumière.
-Non! Qu'as-tu fait?
-Je t'ai mis hors d'état de nuire pour l'instant. Rentres dans ton royaume, et restes-y. Nous viendrons te chercher pour t'achever. Prépares tes forces, car la bataille qui va se dérouler sur les terres de Norfendre décidera de la vie ou de la mort de ce monde."
Alors Arthas disparut, et son armée s'effondra, privée de l'énergie que lui fournissait son maître. Seuls les chevaliers de la mort et Darion Mograine étaient encore là ainsi que les chevaliers de l'Aube d'Argent. Tirion s'avança vers Darion et lui dit:
"Tu es désormais libéré de l'emprise du Roi-liche. Bienvenue parmi nous, mon ami.
-Merci de m'avoir ramené à la vie, dit Darion en s'agenouillant devant Tirion.
-Quant à vous, ajouta le chevalier, vous avez le choix, soit continuer dans cette folie et suivre Arthas, soit revenir à la raison et rejoindre nos rangs. Que choisissez-vous?
Ce fût Nëmésis qui répondit pour les chevaliers:
-Nous sommes vos serviteurs. Nous ne voulons que nous venger de la personne qui a fait de nous ce que nous sommes. Tirion la regarda dans les yeux et Nëmésis soutint son regard.
-Je vois les épreuves que vous avez endurés. Il n'y a pas de mensonges en vous. Rendez-vous à Hurlevent, porter cette lettre au roi Varian Wrynn. Elle stipule que vous êtes désormais des soldats de l'alliance. Allez-y."
Alors Nëmésis s'enfonça dans les Maleterres, bien décidée à continuer sa vengeance et à se réhabiliter aux yeux de tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jindow

avatar

Masculin Nombre de messages : 95
Age : 28
Localisation : limoges
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Re: Nëmésis, incarnation de la vengeance   Dim 5 Avr - 12:25

Chapitre 5


Après une longue cavalcade, Nëmésis arriva devant les portes de Hurlevent et contempla les tours de la cité enluminées par la lune estivale. C'était une vision si féérique et si apaisante. Elle décida qu'il valait mieux faire son entrée à pied et descendit donc de cheval. Elle s'avança vers les portes toujours ouvertes de la ville et remarqua les quatres gardes en faction. La jeune femme se dirigea vers eux, et dit d'une voix forte:
"Je viens en amie, j'ai une lettre pour le roi Varian Wrynn.
-Qui es-tu, répondit une voix masculine.
-Nëmésis, un allié des humains. Tandis qu'elle disait ça, un des hommes s'était approché d'elle et avait reconnu à son équipement qu'elle faisait partie de l'ordre des Chevaliers de la Mort.
-Chef c'est une adepte du Fléau! Il faut la neutraliser! dit le garde d'une voix apeurée.
-Je viens ici en amie, j'ai renié le Fléau et suis revenue dans la Lumière. Pour bien marquer sa non-agressivité, elle enleva son heaume et leva les mains en l'air.
-Chef, pouvons-nous lui faire confiance?
-Hum je ne pense pas que nous risquions grand chose, que deux hommes l'accompagnent jusqu'au roi, c'est lui qui décidera de son sort. Jackson, Witts! Deux gardes entrèrent dans le champ de vision de la jeune femme. Accompagnez-là.
-A vos ordres sergent! répondirent en choeur les deux soldats."
C'est ainsi qu'elle pénétra dans la ville qu'elle avait autrefois visité avec son amie Ellen. Elle passa dans la vallée des Héros, un sourire aux lèvres devant la statue du paladin Turalyon, l'homme qui avait été son exemple et grâce à qui elle était devenue paladin. Puis elle entra dans la ville proprement dite, accompagnée de ses deux chiens de garde. Les passants la regardaient d'un air incrédule, la surprise cédant vite la place à la haine sur leur visage. Les gens lui criaient des :"Ma femme a été tuée par le Fléau! Monstre!", "Eloignez ce traître d'ici!", certaines personnes allaient même jusqu'à lui cracher dessus et à lui lancer tout ce qu'ils avaient à portée de main. Nëmésis ne leur en voulait pas, bien au contraire elle les comprenait. Cela ne faisait que rajouter à la haine qu'elle vouait au Roi-liche d'avoir fait d'elle ce qu'elle était maintenant. Mais elle n'était plus sous son joug, à partir de maintenant elle était libre et n'en était que plus dangereuse. Arthas allait payer pour tout le mal qu'il a fait à cette terre. Alors qu'elle ruminait ses sombres pensées, ses pas la guidaient inconsciemment vers le palais du roi Varian Wrynn.
Elle entra à la suite de son escorte, et se dirigea vers la salle de réunion du palais. Lorsque les gardes ouvrirent la porte de la salle de réunion, Nëmésis en eût le souffle coupé. Au milieu de la pièce se trouvait un trône immense, recouvert d'or et incrusté de pierres précieuses sur les côtés. Le sol était fait du marbre le plus pur, tout comme les murs sur lesquels étaient accrochés les bannières de l'Alliance. Des milliers de chandelle éclairaient à chaque instant la pièce et une équipe de travailleurs s'occupait de rallumer les chandelles éteintes, même lors des réunions, car l'obscurité n'était pas permise dans cette sacro-sainte salle. La jeune femme avait grandi à Stratholme, une ville riche et opulente, mais elle devait bien admettre ce que disaient les nobles, Stratholme et son palais ne sont qu'une pâle copie de celui d'Hurlevent. Enfin était une pâle copie, rectifia avec tristesse Nëmésis.
Le choc de la découverte passé, elle se dirigea vers le roi Varian Wrynn, s'agenouilla à ses pieds, et lui tendit la lettre en disant:
"Je vous amène une lettre de Tirion Fordring, ainsi que mon épée et ma vie, ô mon roi.
Varian commença à lire la lettre et son expression perplexe au début, laissa la place à un sourire bienveillant et dit alors aux gardes présents dans la salle:
-Faites passer le message: Nëmésis est désormais au service de l'Alliance, elle a renié le Fléau et est prêtre à donner sa vie pour nous. Que chacun la considère désormais comme une soeur du royaume. Vous pouvez disposer. Les gardes sortirent de la pièce. Hé bien ma chère, il semble que votre nouvelle vie commence ici.
-Non Monseigneur, elle a commencé le jour où je suis morte."
Le roi, perplexe, lui fit signe qu'elle pouvait sortir. En sortant de la salle, elle se demanda comment elle allait pouvoir mettre au point sa vengeance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jindow

avatar

Masculin Nombre de messages : 95
Age : 28
Localisation : limoges
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Re: Nëmésis, incarnation de la vengeance   Dim 5 Avr - 12:25

Chapitre 6



Cela faisait plusieurs jours qu'elle se promenait dans les rues de Hurlevent, ourdant des plans aussi incohérents qu'irréalisables. Elle décida de revenir à la taverne où elle logeait, peut-être qu'une autre nuit de sommeil allait l'aider à voir plus clair. Alors qu'elle poussait la porte de la taverne, elle vit une personne accoudée au comptoir occupé à vider une chope de bière. Le fait de croiser un ivrogne dans une auberge n'est pas rare, mais ce qui le rendait plus rare, c'était la tenue de cet homme. Il portait une robe d'ecclésiastique qui semblait avoir eu de meilleurs jours devant elle. Il était interdit pour un prêtre de la Cathédrale de la Lumière -il semblait à Nëmésis que la robe était celle que portait les prêtres de ce temple- de boire ne serait-ce qu'une goutte d'alcool. Or à entendre cet homme, il paraissait qu'il n'en était pas à son premier verre, ni à ses premières consommations. Elle prit place à une table et demanda à une serveuse de lui servir un repas. Elle vit bien à la tête de la serveuse, que les gens ne s'accomodaient pas facilement à sa présence et qu'ils avaient encore du mal à accepter un ex-serviteur du Fléau, dans cette auberge. Alors qu'elle commençait à manger son râgout, le prêtre commença à dire à haute voix:
"Et voilà que le roi...nous envoie des agents du Fléau, dit-il en crachant presque ce dernier mot. Quelle décrépitude pour l'Alliance, accueillir ses ennemis chez soi. Il essaya de se lever, mais tituba et retomba sur ses fesses.
-Il est surtout attristant de voir que les prêtres se mettent à boire, répliqua Nëmésis d'une voix assez forte pour que tout le monde puisse l'entendre. La foi se trouve désormais dans la chope, et non dans la méditation, frère? elle insista sur ce dernier mot, de façon à ce qu'il n'échappe à personne qu'elle n'était plus agent du Fléau.
Alors le prêtre se retourna, et au fur et à mesure que la jeune femme pouvait voir son visage, elle s'accrocha à sa table pour être sûre qu'elle ne rêvait pas. L'homme avait le teint hâlé voire brun, ainsi que des cheveux aussi noirs qu'un corbeau, avec une tonsure au sommet du crâne. Il avait un nez grossier qui avait été plusieurs fois cassé, ainsi que des yeux marron qui avaient du mal à rester en place, probablement dû à la quantité d'alcool qu'il avait ingurgité. Elle connaissait cet homme. Il faisait partie de la vie d'Ysilda, il avait été l'un de ses amis à Stratholme. Avant qu'elle ait pu dire un mot, l'homme l'invectiva:
"La foi, petite idiote, je l'ai perdue à Stratholme, dans l'antre des Enfers. J'y ai tout perdu là-bas. Il ne me reste plus que la boisson et les amis que j'ai trouvés ici...Pour souligner ses propos, il prit une longue gorgée de bière et s'accrocha au comptoir.
-Jadow? C'est bien toi?
-Qui t'es toi? Encore une folle?
-Jadow, c'est moi Ysilda!
-Ysil...Non ce n'est pas possible! Tu es morte à Stratholme! J'ai vu ton corps juste avant de m'enfuir!
-Non le Roi-liche a emprisonné mon âme et a fait de moi ce que je suis maintenant. dit-elle avec tristesse.
-Non ce nest pas possible! Il sortit de la pièce aussi vite que son ébriété le lui permettait. Nëmésis se dirigea elle aussi vers la porte lorsqu'elle entendit un grand bruit. Elle se mit à courir et vit Jadow, il était tombé dans l'abreuvoir. Il était en train de recracher le trop plein d'eau qu'il avait avalé dans sa chute. Elle lui tendit la main. Le prêtre hésita à la prendre car il ne savait si c'était un rêve ou pas. Il avança sa main vers celle de Nëmésis et se laissa soulever par la jeune femme.
-Ainsi donc c'est bien toi?
-Hé oui mon ami.
-Je te croyais morte.
-Je le suis, en quelque sorte. Ysilda est morte ce jour-là à Stratholme, mais Nëmésis a pris sa place.
-Nëmésis? C'est ton nouveau nom?
-Oui.
-Nëmésis, il essaya d'en apprécier les différentes sonorités en le répétant plusieurs fois. Ca me plaît. La jeune femme ria. Que fais-tu ici en ces temps troublés?
-Je cherche...un moyen de me venger de l'homme qui a fait de moi ce que je suis.
-Le Roi-liche, dit Jadow, pensif.
-Lui-même. J'ai juré que je ramènerais sa tête et que je la poserais à l'entrée de Stratholme. Je le ferais pour toutes les personnes qui ton souffert, et pour Ellen, ajouta-t-elle tristement.
-Tu as retrouvé Ellen? Où est-elle? Comment va-t-elle?
-Elle est morte. Tuée par le Fléau, dit-elle en baissant les yeux.
-Le Fléau a causé bien des dommages sur ce monde, mais il n'appartient qu'à nous d'inverser la tendance.
-Oui mais seul, la tâche est dure.
-Qui t'a parlé d'être seul? Je ne suis pas seul moi, mes compagnons et moi allons débarquer dans les terres glacées du Norfendre pour aller botter les fesses de ce prétendu roi.
-Tes compagnons? Qui sont-ils?
-Je fais partie d'un ordre s'appelant l'Orbe Stellaire. Notre but est d'éradiquer la présence du Fléau de ce monde.
-Est-ce qu'il y a un moyen d'entrer dans cet ordre?
-Contre un paiement nature, je ne refuse rien! Il se mit à rire chaudement, et Nëmésis ne tarda pas à rire elle aussi. Lorsque leur hilarité fût passée, il ajouta sérieusement: J'en parle aux dirigeants, et je te tiens au courant. D'accord?
-Ca me va.
-Bon, j'y vais, faut que j'aille les voir. Bonne nuit mon amie.
-Bonne nuit Jadow."
Alors Nëmésis regarda le prêtre s'éloigner. Sa promesse allait peut-être trouver un écho favorable dans cet ordre, ainsi elle aurait des gens sur qui compter pour parvenir à ses fins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jindow

avatar

Masculin Nombre de messages : 95
Age : 28
Localisation : limoges
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Re: Nëmésis, incarnation de la vengeance   Dim 5 Avr - 12:28

Voilà c'était la Bio de mon DK ally, je l'ai postée ici pour voir ce que des afficionados du RP tels que vous en pensaient. J'espère que vous avez eu une bonne lecture Smile .


PS : c'est ma 1ère bio (et mon 1er "RP" de perso) soyez pas trop vaches Surprised . (Surtout les taurens ! XD )

PS 2 : Si vous croisez un prêtre s'appelant Jadow et qui vous fait des signes tels que /acclame ou /dance, cherchez pas, c'est Lorkal Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jindow

avatar

Masculin Nombre de messages : 95
Age : 28
Localisation : limoges
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Re: Nëmésis, incarnation de la vengeance   Ven 10 Avr - 14:59

Ouin personne n'a répondu à mon post Sad

(Up subliminal)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khyss

avatar

Nombre de messages : 665
Age : 38
Localisation : Taverne de la Sale Bête
Date d'inscription : 23/09/2008

Feuille de personnage
Race: Elfe de Sang
Classe du personnage: Paladin
Metiers: Herboriste - Alchimiste

MessageSujet: Re: Nëmésis, incarnation de la vengeance   Ven 10 Avr - 15:11

M'enfin Lorky, comment veux tu passionner les foules avec des histoires d'Allianceux? Si encore ça parlait de Gnomes éventrés ou écrasés sous des sabots de kodos....pfff.


Blague à part, j'ai bien aimé moi! Je veux lire l'histoire de Lorkaaaal! tongue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jindow

avatar

Masculin Nombre de messages : 95
Age : 28
Localisation : limoges
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Re: Nëmésis, incarnation de la vengeance   Ven 10 Avr - 22:53

Lawl c'est vrai que j'aurais pu mettre :"Arthas se précipita dans le Quartier des Gnomes et fit un massacre tel que l'on n'en avait pas vu depuis la guerre contre les Orcs ..." Bref !

Euuuuuuh l'histoire de Lorkal *sifflote* Pour Noël si vous êtes gentils !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nëmésis, incarnation de la vengeance   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nëmésis, incarnation de la vengeance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Légion des Ombres :: Bibliothèque :: Livres des inconnus-
Sauter vers: